RENOUVELER L’EDUCATION

L’éducation à la Joie :
de Sri Aurobindo à l’éducation intégrale moderne.*
Antonella Verdiani

« Nous n’appartenons pas aux aurores du passé,
mais aux midis de l’avenir»
Sri Aurobindo[1]


1. Invisibilité du possible et réalité : la Joie dans la recherche – action existentielle. 
Ce texte part du constat qu’un
changement majeur est en train de se produire actuellement concernant les
paradigmes fondateurs de notre vie sur Terre, ce que le promoteur de ce livre
collectif appelle des «enjeux anthropologiques nouveaux ». « L’axe du
monde change, la pyramide s’inverse [2]» :
au cœur même de cette mutation, qui n’est pas à l’abri de ruptures violentes, mais
aussi de progrès lumineux autant qu’inattendus, l’éducation a sa place
centrale. Que nous soyons philosophes ou militants, enseignants ou parents,
notre rôle d’éducateurs est d’accompagner cette mouvance et accueillir ce qui,
de toute manière, est déjà là: une humanité naissante plus juste, solidaire,
reliée. Ma contribution à une nouvelle philosophie de l’éducation se place dans
cette prospective.
Ce
que j’écris, je l’écris à partir de mon expérience. Telle est ma posture dans
la recherche, dans l’écriture, dans la vie. Passionnée, souvent incommode, elle
est le reflet d’une nécessité constante d’être au plus près de la vérité. Une
vérité qui est la mienne, donc relative, imparfaite, mais sincère. C’est une
exigence qui me rend à la fois marginale face à l’Institution et à la fois
libre, dans une radicalité qui me rappelle parfois celle de l’Art et de la
création, domaines dans lesquels je place la recherche-action  existentielle.
Ma
vérité, mon chemin, sont pavés d’incertitude et de doutes. C’est l’incertitude
liée à la connaissance, dont nous parle Edgar Morin dans sa théorie de la complexité,
incertitude qui semble être étrangère à la culture et à l’école occidentale. Par
elle, il s’agit de reconnaître « les zones d’ombre » que la réalité a
pour nous, afin de « savoir qu’il y a du possible encore invisible dans le
réel »[3]
et de reconnaître à quel point la connaissance peut être parsemée d’erreurs et
d’illusions. Nous sommes de plus en plus à le dénoncer et nous le savons
bien : le système éducatif dominant laisse peu de place au doute et à
l’inattendu car il est bâti sur un ensemble de certitudes sociales et
économiques, telles que le succès, la performance, le modèle gagnant, la
sécurité du poste de travail, la compétition, le pouvoir… Paradigmes sur
lesquels nous avons bâti notre vision du développement et qui aujourd’hui sont
systématiquement balayés par l’ouragan de la mutation collective en cours, avec
tout ce qu’il peut provoquer de sentiments d’angoisse individuelle et
instabilité sociale. Mais, en nous inspirant de la langue chinoise qui donne au
mot de « crise » le double sens de danger et d’opportunité, nous
savons bien que ce sont ces mêmes incertitudes qui, une fois accueillies, nous
feront grandir en humanité. C’est aussi le doute qui s’empare de tout chercheur
impliqué (le doute social, le doute scientifique et le doute ontologique). Le
seul questionnement possible étant existentiel, c’est à partir de ceci que
« je (me) cherche » en tant qu’être humain d’abord et en tant que
professionnelle de l’éducation en suite.
« Un jour vient où nous ne
savons plus vraiment qui nous sommes » nous dit René Barbier[4]  « de plus en plus et de mieux en
mieux, nous apprenons à dire « je ne sais pas »(…). Dans un tel
processus, nous devenons « autre » par les autres et le monde ».
J’ai
donc fait du « je ne sais pas », la devise de départ de mon travail, dans
un processus qui n’est pas sans rappeler l’autorisation
noétique
  de Joëlle Macrez – Maurel:
« un voyage intérieur (et/ou
extérieur) durant lequel un processus interne et continu de transformation de
Soi démarre lorsque l’individu s’ouvre (suite à un flash existentiel, une prise
de conscience de son ignorance et de sa souffrance, ou à un questionnement sur
le sens de la vie) à un profond désir de changement et se confronte à
l’inconnu, rencontre des archétypes ou symboles numineux qui le touchent,
l’ébranlent et lui dévoilent le réel derrière la réalité, l’esprit derrière la
psyché, le monde ontologique derrière le monde des apparences, le monde de
l’intelligence derrière le monde de la signification.»[5]
C’est
donc par ce nouveau regard épistémologique intégrant l’existence d’autres plans
de réalité, projeté au delà et à travers les connaissances, trans disciplinaire, que j’ai commencé
à guetter « l’impossible réel » de et dans la Joie. Absolue, la quête
sur la Joie en éducation exige, tel un acte de foi, un abandon à l’existence et
à son sens caché. Pour moi la question de ma posture dans la recherche a été
des plus simples : comment rechercher, communiquer, éduquer à la Joie sans
être joyeux ? Sans, comme le disent les tibétains, entreprendre le chemin
pour aller contacter de plus près ce « fond lumineux de l’être » [6]
qui nous habite tous ? Chaque explorateur des profondeurs le sait
bien : le processus alchimique de transformation de la matière en or ne se
fait pas sans douleur.  En ce qui me concerne, c’est par l’acte de l’écriture
que j’arrive graduellement à éclaircir mes zones d’ombre. Ecrire sur la joie
devient ainsi un acte d’auto formation par excellence, s’éduquer à la Joie.
2. Suivre le fil de la Joie :
l’éducation intégrale …

* extrait de mon article paru dans Renouveler l’éducation. Ressources pour des enjeux anthropologiques nouveaux. Sous la direction de Jean-Daniel Rohart, Chronique Sociale, mars 2013  



[1] Cité
par Joshi Kireet Philosophy and yoga of Sri Aurobindo
[Philosophie et yoga de Sri Aurobindo] dans une conférence donnée à Rajendra
Bhawan, Deen Dayal Upadhayaya Marg, New Delhi, 23 novembre 1998.
[2] Milis
Marie Exercices pratiques d’autolouange
Payot, Paris, 2010. Marie Milis, professeur de mathématiques et d’éthique à
Bruxelles, enseigne et pratique l’autolouange avec ses élèves et aussi au sein
de l’association Initiations.
[3] Morin
Edgar, Les sept savoirs nécessaires à
l’éducation du futur
, Le Seuil, Paris, 2000
[4] Barbier
René, art. « À propos de la recherche en éducation » dans Journal des chercheurs, 24 septembre
2006 (http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/article.php3?id_article=651)
[5] Macrez- Maurel Joëlle, S’autoriser à cheminer vers soi :
Aurobindo, Jung, Krishnamurti
, Vega Editions, 2004
[6] Ce qui
rappelle la belle expression de Gaston Pineau : « Lointaine est
encore l’époque où la science pourra rendre compte des consciences les plus
conscientisées pour lesquelles la nuit est le fond lumineux de l’être éclairant
le jour »  in G. Pineau Produire sa
vie : autoformation et autobiographie
,
Montréal, Albert St-Martin/ Paris, 1983

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.