Montessori, des beaux quartiers aux enfants pauvres de Noisy

 Depuis un an et demi, une trentaine d’enfants de Noisy-le-Grand profitent de la pédagogie Montessori. Objectif : lutter contre la reproduction de l’échec scolaire.
Mercredi matin, 10 heures. Chacun de leur côté, une liste de prénoms
dans la main, Sylvain Lestien, Morgane
Jacinto-Gavira, Agathe Henri et Yveline
Picart font du porte-à-porte parmi les bâtiments roses
de la cité du Château de France, rebaptisée par ses
habitants le « 116 », à Noisy-le-Grand [1] (Seine-Saint-Denis). Chacun
vient chercher quatre enfants,
âgés de trois à six ans, pour les emmener au « pré-pivot
» d’ATD (Agir tous pour la dignité) Quart Monde [2]. Sylvain Lestien, animateur
dans cette association, explique: « C’est comme au basket :
le pivot reçoit et relance. Le pré-pivot
prépare au pivot où on veut donner le goût de
l’art, de la peinture, de la lecture aux enfants.
» Objectif du « pré-pivot » :
proposer des activités culturelles selon la
pédagogie Montessori [3] pendant une demi-journée, deux fois
par semaine, afin d’aider l’enfant à s’adapter à
l’école. L’échec scolaire se cristallisant souvent dès
le CP, il est important que l’enfant prenne confiance
en lui en vivant des expériences positives et en réussissant
avant ses six ans.
Quatre adultes pour onze
enfants
La pédagogie Montessori,
conçue par le médecin italien éponyme [4], repose sur les
sensibilités et les
centres d’intérêt de
l’enfant qu’il faut laisser s’épanouir. L’apprentissage se fait à
son rythme et en fonction de ses
particularités, de façon à ne pas le décourager ou l’ennuyer. Il faut
conserver son enthousiasme et qu’il devienne autonome.
Cette méthode s’appuie sur son besoin de
grandir et d’apprendre. Au « pré-pivot », quatre
adultes sont présents pour onze enfants. « Il s’agit
de s’adapter au rythme de chacun afin qu’il travaille
en fonction des ses envies. Il n’y a pas de programme
prédéfini », précise Sylvain Lestien. Ces enfants sont
souvent stigmatisés à l’école parce qu’ils
parlent moins bien ou parce qu’ils sont moins habiles
de leurs mains. L’animateur ajoute : « Nous n’avons pas un
objectif d’apprentissage mais plutôt un objectif de construction de la personne. L’enfant
doit avoir l’estime de lui-même et bâtir sa
relation aux autres. Le but n’est pas d’obtenir
un diplôme mais de devenir un homme
construit, un citoyen engagé capable de prendre
des décisions. A aucun moment il ne doit se
sentir jugé, si ce n’est positivement. »
Sortir Montessori des beaux
quartiers

En 2007, des pédagogues de
l’Association Montessori France [5] ont commencé à travailler
avec ATD Quart Monde. Patricia Spinelli,
secrétaire de l’Association Montessori France et
directrice de l’Institut supérieur Maria Montessori [6], retrace : « L’idée est née en 2005,
au moment des émeutes dans les banlieues.
L’Association Montessori France a décidé
de sortir cette méthode des beaux quartiers
pour aider les jeunes. Elle a alors
contacté plusieurs associations, dont ATD Quart Monde. »
Depuis un an et demi,
l’association expérimente donc cette méthode, qui
vient en renfort de l’école,
avec une trentaine
d’enfants les mercredis et les samedis. Ils viennent tous
d’une famille défavorisée
qui a connu l’errance et
qui a été relogée dans la cité du « 116 ». Au total, ce sont une
cinquantaine de familles qui ont perdu un logement dans
le passé ou qui n’en ont jamais eu. Des foyers
blessés qui doivent se reconstruire. Dans cette cité, 120
enfants ont moins de quatorze ans. Sylvain
Lestien détaille : « La misère se transmet
souvent de génération en génération. L’école
pourrait casser cette chaine mais beaucoup
d’enfants des familles très pauvres y
sont en échec. C’est dur de travailler à l’école
quand on s’y sent mal parce qu’on a honte de
l’endroit où on habite ou honte de ses
vêtements. C’est également difficile
quand les parents ne s’y investissent pas du
tout parce que, étant jeunes, ils y ont
trop souffert ou parce qu’ils ne peuvent pas aider
leurs enfants à faire leurs devoirs. » L’objectif est de soutenir
la famille et de travailler avec elle pour le bien-être
de l’enfant. Avec une méthode utilisée majoritairement en
école privée hors contrat en France, faute de
financements par l’Etat. Cette pédagogie correspond
aux préceptes d’ATD Quart Monde qui mène des
actions culturelles en faveur des plus démunis. Pour le père Joseph Wresinski [7], fondateur de
l’association en1957, la culture était la clé pour que ces familles sortent de la misère.
Atelier couture ou pelage
de pommes
Arrivés au « pré-pivot »,
les enfants choisissent eux mêmes ce qu’ils vont faire
pendant deux heures. Du côté du coin « jeux », les
enfants ont l’embarras du choix : livres, ardoises,
jeux en bois, lettres, cubes de différentes tailles…
le but est de les préparer à l’apprentissage de
l’écriture et des mathématiques. A côté, une salle ronde
baptisée « salle de vie pratique», propose des plateaux de
vaisselle, un arrosoir… Les enfants peuvent faire
de la mousse, transvaser de l’eau d’un
récipient à un autre. Comme des grands. Nawel, 4 ans,
nettoie des chaussures à l’aide d’une brosse et de
la cire pendant que Jahnyce, 6 ans, coud. Dans la
cuisine, Obed épluche des pommes. Sylvain Lestien souligne : « A cet âge, ils ont envie d’imiter
leurs parents. Il faut qu’ils puissent le faire pour de vrai parce qu’on
apprend en faisant. Le but, c’est qu’ils soient autonomes, qu’ils prennent confiance en eux et qu’ils sentent que
les autres leur font confiance. » Une des particularités de
cette méthode est le mélange des âges. Les plus jeunes
apprennent en regardant les grands et les plus âgés
apprennent en expliquant aux plus petits.
L’enrichissement est mutuel.
« Reda commence à
s’exprimer un peu »
Pour le moment,c’est un «
projet pilote », selon Sylvain Lestien.
Les accompagnateurs et les bénévoles n’ont pas
suffisamment de recul pour s’assurer de
l’efficacité de cette méthode. « Ce qu’on permet aux enfants de
vivre dans leur petite enfance, on espère que ça
portera ses fruits dans leur vie d’adulte »,
insiste l’animateur.
Déjà des progrès sont
visibles. Morgane Jacinto-Gavira, devenue bénévole à la suite
d’un stage effectué à ATD Quart Monde, sourit : « Je vois des évolutions
chez des enfants qui s’expriment de mieux en
mieux. Il y a un petit garçon de cinq ans
qui ne prenait jamais de crayons car il n’arrivait pas à les utiliser. Maintenant, il
dessine tout seul. Il est fier de nous montrer
ses requins et ses dinosaures. » Sandrine Pereira est
responsable de la petite enfance au centre d’hébergement et
de réinsertion sociale d’ATD Quart Monde de
Noisy-le-Grand : « Nesta [le prénom a été
changé, ndlr], 5 ans, est un bon exemple. Avant,
il courait dans tous les sens. Il était
incapable de se poser. Au bout de trois semaines,
il a réussi à rester immobile pendant quinze
minutes devant des lettres rugueuses. »
Linda est la maman de Reda,
3 ans. Le petit garçon va au « pré-pivot » depuis
septembre. Elle aussi a
pu constater les progrès
faits par son fils : « Reda ne parlait pas car
il avait fait un blocage suite à la naissance de sa
petite sœur. Maintenant, il commence à
s’exprimer un peu. » 
Reste à savoir ce qui des
progrès relève de la méthode Montessori en tant que
telle, ou de l’attention apportée à ces petits. « Il
ne faut pas oublier que les enfants évoluent aussi à
l’aide de l’école et de leurs parents », rappelle Evelyne
Picart, bénévole à ATD Quart Monde depuis vingt
ans.
Liens
[1] noisylegrand.fr | Ville
de Noisy-le-Grand: Accueil | http:// bit.ly/JeLLQH
[2] atd-quartmonde.fr | http://bit.ly/jQT4CE
[3] psychologies.com | La
pédagogie Montessori, c’est quoi ? |Psychologies.com | http://bit.ly/JeLLQJ
[4] psychologies.com | Maria
Montessori | Psychologies.com | http://bit.ly/JeLNYM
[5] montessori-france.asso.fr
| L’Association Montessori de France et L’Institut
Supérieur Maria Montessori | http://bit.ly/JeLLQM
[6] montessori-france.asso.fr
| L’Association Montessori de France et L’Institut
Supérieur Maria Montessori | http://bit.ly/JeLNYQ
[7] atd-quartmonde.fr |
Joseph Wresinski (1917-1988) – Mouvement ATD (Agir Tous
pour la Dignité) Quart Monde France | http://bit.ly/JeLLQN
Article et photos de Jennifer Delrieux pour RUE89- 14/05/2012 
http://www.rue89.com/2012/05/14/montessori-des-beaux-quartiers-aux-enfants-pauvres-de-noisy
Merci à Aline PIRES, éducatrice Montessori et bénévole à ATD Quart Monde de me l’avoir transmis!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.